Green-Ice

Ce groupe de travail a pour objectif de fédérer la communauté française des chercheurs de disciplines différentes (sciences de la Terre, du Climat et de la Vie, principalement de l’INSU et de l’INEE) travaillant sur un événement climatique rare : la transition de l’état Greenhouse à l’état Icehouse.

Nouvelles et Evénements

  • 2022-10 Workshop Green-Ice (s’inscrire ici au plus vite)
  • 2022-03 Présentation du projet au GDR climat (Alexis Licht)
  • 2022-02 Financement du projet MITI Green-Ice (MITI-CNRS)

Chercheurs et instituts impliqués au projet MITI

Géosciences Rennes
  • Guillaume Dupont-Nivet
  • François Guillocheau
  • Cécile Robin
  • Mathieu Martinez
Biogeo. Dijon
  • Pierre Pellenard
  • Emmanuelle Pucéat
  • Emmanuelle Vennin
CEREGE
  • Alexis Licht
  • Alexis Nutz
  • Yannick Donnadieu
  • François Fournier
ITE Strasbourg
  • Mathieu Schuster
  • Emile Simon
LSCE
  • J.-B. Ladant
MNHN
  • Anais Boura
ISE Montpellier
  • Séverine Fauquette
  • Pierre-Olivier Antoine
  • Vincent Girard
  • Maëva Orliac
  • Fabien Condamine
BRGM
  • Justine Briais
Parc du Lubéron
  • Pauline Coster
INRAE
  • Alain Franc

Autres chercheurs et instituts impliqués

GE Toulouse
IODP France
  • Florent Hodel
IPG Paris
  • Guillaume Le Hir
  • Frédéric Fluteau

Résumé

Il y a 34 millions d’années la formation soudaine de la calotte Antarctique, marque le passage d’un seuil, basculant le système Terre du mode “Greenhouse” au mode “Icehouse”. Cette transition rapide est un évènement extrêmement rare de l’histoire de la Terre permettant de comprendre comment une transition climatique engendre des crises environnementales, géomorphologiques et biotiques majeures. Les études existantes sont concentrées sur les enregistrements sédimentaire marins, laissant le domaine continental quasiment inexploré malgré son importance pour déterminer les processus de surface et notamment les facteurs abiotiques régissant la biodiversité pendant cette crise. Les données sédimentaires des bassins ciblés en France ont le potentiel de produire un signal climatique optimal de référence et la meilleure chronologie des évènements environnementaux et biotiques de la transition en domaine continental. Notamment un forage à disposition représente une opportunité rare qui nécessite généralement des années de travail pour obtenir des millions d’€ de financement. Une combinaison d’expertises innovantes sera focalisée sur ces bassins idéalement situés pour tester différentes hypothèses sur (1) la mise en place de la fameuse Circulation Méridionale de l’Atlantique (AMOC) qui réchauffe l’Europe; (2) l’effet de la transition sur les amplitudes des cycles d’insolation affectant nos environnements et biomes; (3) la relation entre cette transition et la “Grande Coupure”, la plus grande crise de biodiversité du Cénozoïque. Le projet permettra de développer des méthodes interdisciplinaires innovantes, fédérer et rendre visible la communauté française, élaborer un grand projet (ANR, ITN, ERC).

 

Figure 1. Etat de l’art de la transition Green-Icehouse (Ghirardi, 2016).
  1. L’état de l’art.

   Dans le contexte du réchauffement climatique et de la perte de biodiversité associée, la communauté scientifique se concentre sur les transitions climatiques passées pour contraindre les modèles de climat et pouvoir faire des projections au-delà des seuils critiques. La transition climatique la plus importante de l’ère Cénozoïque est la formation soudaine de la calotte Antarctique il y a 34 millions d’années, marquant le passage d’un seuil basculant le système Terre du mode “Greenhouse” au mode “Icehouse”. Cette transition rapide est un évènement extrêmement rare qui ne s’est produit que quelques fois pendant les 4.6 milliards d’années de l’histoire de la Terre. Les conséquences de cette transition sont dramatiques à tous les niveaux (Figure 1). Elle s’accompagne de crises environnementales, géomorphologiques et biotiques majeures. Le niveau marin baisse d’une centaine de mètres, la température baisse de 4°C en moyenne (e.g. Page et al., 2020; Hutchinson et al. 2021), les circulations océaniques et atmosphériques changent complètement et perturbent le cycle du carbone (Toumoulin et al., 2020), les variations climatiques répondant aux cycles astronomiques deviennent plus prononcées (Tardif et al., 2021; Antoine, 2021). Ces changements radicaux entraînent les crises biotiques les plus importantes du Cénozoïque. La “Grande Coupure” en Europe et le “Mongolian Remodeling” en Asie, marquent la fin de la dominance de biomes de forêts aux mammifères géants, laissant place à des déserts et steppes peuplés de faunes modernes (Barbolini et al., 2020). Cet évènement transitoire offre une opportunité exceptionnelle de comprendre les différents facteurs forçants du climat et de la biodiversité.

Malgré son importance, les causes et les conséquences de cet évènement sont encore mal contraintes par les enregistrements sédimentaires et modèles climatiques existants (cf. références dans Toumoulin et al., 2020). Des mécanismes très divers ont été proposés. La géodynamique, en ouvrant les passages de Drake et de Tasmanie à cette période aurait permis la mise en place d’un courant isolant autour de l’Antarctique causant son englacement (Figure 1). De plus, un minium des amplitudes des cycles astronomiques autour de 34 Ma aurait permis la nucléation, l’expansion et la préservation de la calotte (Ladant et al., 2014). Les modèles climatiques indiquent qu’à ces processus devrait s’ajouter une baisse rapide de la pCO2 atmosphérique pour permettre un englacement persistant (Pagani et al., 2011). Les différents impacts de la transition sur les environnements sont aussi très discutés car ils semblent très variables suivant les régions du globe, les latitudes et les modèles climatiques considérés (Tardif et al., 2020, 2021; Toumoulin et al., 2021).

Les verrous. Dans le détail, la transition semble avoir eu lieu par étapes enregistrées principalement par les isotopes stables (δ18O et δ13C) des archives marines profondes des époques géologiques Éocène et Oligocène (carottes IODP; Dupont-Nivet et al., 2007; Xiao et al., 2010). Chaque étape pourrait correspondre à différents facteurs forçants (pCO2, cycles astronomiques, géodynamique) potentiellement responsables du refroidissement et/ou de l’englacement (Abels et al., 2011; Ao et al., 2020). Une des clefs pour comprendre la transition est de suivre l’expression de ces différentes étapes dans des enregistrements sédimentaires et paléontologiques variés et précisément datés. Avec l’aide de modèles climatiques, les facteurs forçants peuvent être identifiés en comparant les prédictions des modèles aux observations de paramètres environnementaux (température, précipitations, vents, saisonnalité, distribution des biomes, productivité biotique, érosion continentale, enfouissement du carbone, etc.). Ces études nécessitent par conséquent des collaborations particulièrement pluridisciplinaires du fait des processus impliqués à l’interface de la zone critique (Climat, Terre, Vie, Surface Continentale, e.g. Barbolini et al., 2021). La plupart des études existantes se sont concentrées sur les enregistrements marins, laissant le domaine continental quasiment inexploré malgré son importance pour déterminer les processus de surface et notamment les facteurs abiotiques régissant la biodiversité pendant cette crise majeure. La rareté des témoignages continentaux (Hutchinson et al., 2021; Tardif et al., 2021; Toumoulin et al., 2021) et celle des études interdisciplinaire Terre, Vie, Climat sont certainement les verrous les plus importants sur lequel ce projet collaboratif propose de travailler pour comprendre les causes, le déroulement et les conséquences de la transition.

 Les objectifs. En France et alentour, la transition est enregistrée dans de nombreux petits bassins extensifs en périphérie de la formation des Alpes (Figure 2). Ces bassins à fort taux de subsidence sont des réceptacles idéaux pour l’enregistrement des variations principalement climatiques. La transition y est exprimée par les changements de faunes et flores utilisés pour définir la “Grande Coupure” (Weppe et al., 2020), et/ou par des évènements extrêmes de refroidissement, d’aridification et d’intensification des vents (“westerlies” Boulila et al., 2021). Pris ensemble, les données sédimentaires de ces bassins, accessibles et déjà bien étudiés, ont le potentiel de produire un signal climatique optimal de référence et la meilleure chronologie des évènements environnementaux et biotiques de la transition en domaine continental à l’échelle de l’Ancien Monde. De plus, la région couverte est idéalement située pour tester différentes hypothèses :

Figure 2. Contexte paléogéographique des enregistrements ciblés à la transition Greenhouse-Icehouse. Les chiffres correspondants à la liste de chantiers dans le texte ci-dessous. (https://map.paleoenvironment.eu/ Poblete et al., 2020).
  • La mise en place de la fameuse Circulation Méridionale de l’Atlantique (AMOC) qui réchauffe l’Europe, correspond-t-elle à la transition Green-Icehouse ou à l’ouverture de passages aux courants provenant de l’Arctique (Coxall et al., 2018; Toumoulin et al., 2020; Boulila et al., 2021)?
  • La transition correspond-t-elle à une intensification des amplitudes d’insolation par les cycles astronomiques affectant les westerlies et la distribution des biomes (Toumoulin et al., 2021; Tardif et al., 2021) ?
  • Associées à la “Grande Coupure”, les extinctions locales ou les migrations de taxons Asiatiques issus du “Mongolian Remodeling”, correspondent-elles dans le temps à la transition climatique ? et, dans ce cas, en réponse à quels changements abiotiques et par quelles routes de migration (Barbolini et al., 2020; Mennecart et al., 2021) ?

Pour répondre à ces questions, le but de ce projet est, d’une part, de fédérer plusieurs chantiers français initiés indépendamment qui convergent sur la transition Greenhouse-Icehouse à partir de disciplines, d’enregistrements et d’approches différentes. D’autre part, d’initier l’étude préliminaire d’un nouvel enregistrement exceptionnel avec l’équipe française interdisciplinaire Terre – Vie – Climat constituée autour de ce projet. A ces enregistrements s’ajouteront les collaborations d’expertises en simulations numériques du climat ainsi qu’en paléontologie et phylogénie pour comparer les données aux processus climatiques et aux crises biotiques associées à la transition. Combiner ces projets permettra de développer des aspects interdisciplinaires menant à des méthodes innovantes, une intégration modèle-données en rupture et des concepts Terre-Vie-Climat exploratoires inaccessibles aux projets pris individuellement. Outre les résultats sur la transition, l’objectif est de développer une synergie interdisciplinaire autour d’un laboratoire naturel d’enregistrements facilement accessibles pour les équipes françaises. Ceci afin de développer des méthodes et concepts en collaboration sur le long terme avec des projets de plus grande envergure qui suivront.

  Chantiers à fédérer :

Chantier en cours en France sur la transition Eocène-Oligocène

1. Le fossé rhénan (ITEStrasbourg). La thèse en cours (Simon et al., 2021) étudie le remplissage irrégulier du Fossé Rhénan à différentes localités où la transition a été identifiée dans des alternances d’évaporites, des marnes lacustres et des conglomérats de bordure. En cours : analyse de bassin, datations magnéto-cyclostratigraphiques, palynologie, traceurs climatiques (minéralogie et géochimie).

2. Les bassins Nord Européens (Géosciences Rennes). Une reconstitution régionale du système Source to Sink à la limite Eocène-Oligocène du domaine ouest-européen en réponse au contexte tectonique et climatique. Réinterprétation diagraphiques et sismiques et compilation de bases de données stratigraphiques et palynologiques.

3. Le bassin du Lubéron. La transition est particulièrement bien marquée dans ces dépôts continentaux, avec un changement hydrologique majeur : asséchement du bassin et mise de place de lacs arides temporaires. Les travaux en cours consistent en l’étude de la dynamique de ces lacs temporaires, ainsi que l’acquisition de traceurs climatiques paléobotaniques (pollen, feuilles fossiles) et géochimiques (isotopie stable sur carbonates et biomarqueurs).

4. Le bassin de Rennes (Géosciences Rennes), un enregistrement déjà étudié sera ajouté et les données intégrées à la compilation (Ghirardi, 2016; Tramoy et al., 2016; Boulila et al., 2021). Cet enregistrement lacustre de plus de 100m parfaitement daté exprime une cyclicité astronomique exceptionnellement bien marquée. Il combine une gamme de traceurs climatiques classiques et innovants (pollen, DRX argiles, minéraux majeurs, biomarqueurs n-alcanes, GDGTs, δ15N).

5. Les bassins extensifs de Camargue et d’Alès (CEREGE). Ces 2 enregistrements ont été récemment profondément revisités (2 thèses dont une en cours; Lettéron 2018) mettant notamment en évidence la présence et l’expression de la transition Eocène-Oligocène. Les faciès argileux et calcaires sont idéaux pour l’application de traceurs géochimiques et argileux et les bassins sont riches en micro- et macro-fossiles.

6. Le bassin du Quercy (ISEMontpellier). Dans un contexte tectonique différent, ce chantier initié en 1965 s’intéresse depuis 2018 à l’impact de la transition Éocène-Oligocène sur la dynamique de la diversité des mammifères ongulés artiodactyles et qui vise notamment à tester l’impact des changements environnementaux (ex : température, fractionnement du milieu, niveau marin) sur l’extinction des espèces endémiques. Le chantier, élargi à l’ensemble de la biodiversité mammalienne, inclut en parallèle le recensement des restes végétaux. Ce chantier sera étendu à des régions clés du bassin de la Garonne dans le cadre de ce projet (Tarn, Aude).

– Chantier Paléobotanique (Montpellier). Ce projet retrace, grâce à la palynologie et des méthodes quantitatives associées, l’évolution de la végétation et du climat à partir s’une Terre chaude à l’Eocène au refroidissement global oligocène. Plusieurs forages IODP ont été échantillonnés selon un gradient latitudinal depuis le pôle Nord jusqu’aux Pyrénées. Des premières analyses polliniques déjà réalisées pour reconstituer le paléoclimat seront complétées par une large compilation de la littérature disponible.

Un nouveau chantier collaboratif idéal :

7. Bassin de la Limagne (BRGM). Un forage de plus de 1000m de sédiments lacustres couvrant avec une résolution exceptionnelle la transition Greenhouse-Icehouse nous a été rendu accessible au BRGM (collaboration Justine Briais). Les dépôts de sédiments fins (silts) sont propices à l’analyse magnétostratigraphique. Les cycles astronomiques semblent être exprimés par des alternances sapropels/silts à différentes échelles. Les analyses palynologiques préliminaires indiquent des quantités prometteuses et permettent une détermination sommaire des âges indiquant une quasi-continuité des dépôts. Les températures diagénétiques déterminées ne sont pas excessives suggérant l’applicabilité des traceurs climatiques par isotopie des éléments stables. Le couplage minéralogie-géochimie (isotopie et élémentaire) est particulièrement pertinent à réaliser pour tracer le climat et comprendre les flux sédimentaires. Travailler sur un matériel de cette qualité enregistrant un évènement climatique de premier ordre avec une grosse équipe interdisciplinaire est une opportunité rare qui nécessite généralement des années de travail pour obtenir des millions d’€ de financement (e.g. ICDP).             

Références bibliographiques

Abels, H.A., Dupont-Nivet, G., Xiao, G., Bosboom, R. and Krijgsman, W., 2011. Step-wise change of Asian interior climate preceding the Eocene–Oligocene Transition (EOT)Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology299(3-4), pp.399-412. 10.1016/j.palaeo.2010.11.028

Acosta, R.P. and Huber, M., 2020. Competing topographic mechanisms for the summer Indo‐Asian monsoon. Geophysical Research Letters47(3), 10.1029/2019GL085112

Antoine, P.-O., Yans, J., Aliaga Castillo, A., Stutz, N., Abello, M.A., Adnet, S., Andriolli Custódio, M., Benites-Palomino, A., Billet, G., Boivin, M., Herrera, F., Jaramillo, C., Mártinez, C., Moreno, F., Navarrete, R.E., Negri, F.R., Parra, F.J., Pujos, F., Rage, J.-C., Ribeiro, A.M., Robinet, C., Roddaz, M., Tejada Lara, J., Varas-Malca R., Ventura Santos, R., Salas-Gismondi R., Marivaux, L. (2021). Biotic community and landscape changes around the Eocene‒Oligocene transition at Shapaja, Peruvian Amazonia: regional or global drivers? Global and Planetary Change 10.1016/j.gloplacha.2021.103512

Ao, H., Dupont-Nivet, G., E.J., Rohling, Zhang, P., Ladant, J.-B., Roberts, Licht, A., Liu, QS., Liu, ZH, Dekkers, M.J., Coxall, H., Jin, ZD., Huang, CJ., Xiao, GQ., Poulsen, C.J., Barbolini, N., Meijer, N., Sun, Q., Qiang, XK, Yao, J., An, ZS., (2020) Dynamics of the Eocene–Oligocene climate transition on the northeastern Tibetan PlateauNature Communications10.1038/s41467-020-18824-8

Barbolini*, N., Woutersen*, A., Dupont-Nivet, G., Silvestro, D., Tardif, D., Coster, P.M.C., Meijer, N., Chang, C.,  Zhang, H.X., Licht, A.,Rydin, C., Koutsodendris, A., Han, F., Rohrmann*, A., Liu, X-J., Zhang, Y., Donnadieu, Y., Fluteau, F., Ladant, J-B., Le Hir, G. and Hoorn, C., (2020), Cenozoic evolution of the steppe-desert biome in Central Asia, Science Advances10.1126/sciadv.abb8227

Boulila, S., Dupont-Nivet, G., Galbrun, B., Chäteuneuf, J.-J., (2021), Age and driving mechanisms of the Eocene-Oligocene Transition from astronomical tuning of a lacustrine record (Rennes Basin, France)Climate of the Pastdoi.org/10.5194/cp-2021-46

Chaboureau, A.C., Sepulchre, P., Donnadieu, Y. and Franc, A., 2014. Tectonic-driven climate change and the diversification of angiosperms. Proceedings of the National Academy of Sciences111(39), pp.14066-14070. 10.1073/pnas.1324002111

Couvreur, T.L.P., Dauby, G., Blach-Overgaard, A., Deblauwe, V., Dessein, S., Droissart, J., Hardy, O.J., Harris, D.J., Janssens, S.B., Ley, A.C., Mackinder, B.A., Sonke, B., Sosef, M.S.M., Stevart, T., Svenning, J.C., Wieringa, J.J., Faye, A., Missoup, A.D., Tolley, K.A., Nicolas, V., Ntie, S., Fluteau, F., Robin, C., Guillocheau, F., Barboni, D., Sepulchre, P. (2020) Tectonics, climate and the diversification of the tropical African terrestrial flora and fauna. Biological Reviews. DOI: 10.1111/brv.12644

Coxall, Helen K., Claire E. Huck, Matthew Huber, Caroline H. Lear, Alba Legarda-Lisarri, Matt O’regan, Kasia K. Sliwinska et al. “Export of nutrient rich Northern Component Water preceded early Oligocene Antarctic glaciation.” Nature Geoscience 11, no. 3 (2018): 190-196.

Ghirardi, Julie. (2016). “Impact de la tansition climatique Eocène-Oligocène sur les écosystèmes continentaux : Etude du bassin de Rennes.” PhD diss., Université d’Orléans.

Hearing, T.W.W., Pohl, A., Williams, M., Donnadieu, Y., Harvey, T.H., Scotese, C.R., Sepulchre, P., Franc, A. and Vandenbroucke, T.R., 2021. Quantitative comparison of geological data and model simulations constrains early Cambrian geography and climate. Nature Communications12(1), pp.1-11. 10.1038/s41467-021-24141-5

Hren, M. T., Sheldon, N. D., Grimes, S. T., Collinson, M. E., Hooker, J. J., Bugler, M., & Lohmann, K. C. (2013). Terrestrial cooling in Northern Europe during the Eocene–Oligocene transition. Proceedings of the National Academy of Sciences, 110(19), 7562-7567. 10.1073/pnas.1210930110

Hutchinson, D.K., Coxall, H.K., Lunt, D.J., Steinthorsdottir, M., De Boer, A.M., Baatsen, M., von der Heydt, A., Huber, M., Kennedy-Asser, A.T., Kunzmann, L. and Ladant, J.B., 2021. The Eocene–Oligocene transition: a review of marine and terrestrial proxy data, models and model–data comparisons. Climate of the Past17(1), pp.269-315. 10.5194/cp-17-269-2021

Ladant, J.B., Donnadieu, Y., Lefebvre, V. and Dumas, C., 2014. The respective role of atmospheric carbon dioxide and orbital parameters on ice sheet evolution at the Eocene‐Oligocene transition. Paleoceanography29(8), pp.810-823. 10.1002/2013PA002593

Licht, A., Dupont-Nivet, G., Meijer*, N., Caves-Ruggenstein, J., Schauer, A., Fiebig, J., Mulch, A., Hoorn, C., Barbolini, N., and Z. Guo, (2020), Soil respiration rates through the greenhouse-icehouse transitionPalaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 560, 10.1016/j.palaeo.2020.110016

Mennecart, B., Aiglstorfer, M., Li, Y., Li, C. and Wang, S., 2021. Ruminants reveal Eocene Asiatic palaeobiogeographical provinces as the origin of diachronous mammalian Oligocene dispersals into Europe. Scientific reports11(1), pp.1-12.

Ortiz, A., Guillocheau, F., Lasseur, E., Briais, J., Robin, C., Serrano, O., Fillon, C. (2020) Sediment routing system and sink preservation during the post-orogenic evolution of a retro-foreland basin: The case example of the North Pyrenean (Aquitaine, Bay of Biscay) Basins. Marine and Petroleum Geology, 112: 104085. 10.1016/j.marpetgeo.2019.104085

Pagani, M., Huber, M., Liu, Z., Bohaty, S.M., Henderiks, J., Sijp, W., Krishnan, S. and DeConto, R.M., 2011. The role of carbon dioxide during the onset of Antarctic glaciation. Science334(6060), pp.1261-1264. 10.1126/science.1203909

Page, M., Licht, A., Dupont-Nivet, G., Meijer, N., Schauer, A., Huntington, K., Bajnai, D., Fiebig, J., Mulch, A., Guo, Z. (2019), Synchronous cooling and decline in monsoonal rainfall in northeastern Tibet through the fall into the Oligocene icehouseGeology10.1130/G45480.1

Poblete, F., Dupont-Nivet, G., Licht, A., Van Hinsbergen, D.J., Roperch, P., Mihalynuk, M.G., Johnston, S.T., Guillocheau, F., Baby, G., Fluteau, F. and Robin, C., (2021). Towards interactive global paleogeographic maps, new reconstructions at 60, 40 and 20 MaEarth-Science Reviews, 10.1016/j.earscirev.2021.103508

Tardif, D., Toumoulin, A., Fluteau, F., Donnadieu, Y., Le Hir, G., Barbolini, N., Licht, A., Ladant, J.B., Sepulchre, P., Viovy, N. and Hoorn, C., (2021). Orbital variations as a major driver of climate and biome distribution during the greenhouse to icehouse transitionScience Advances7(43), 10.1126/sciadv.abh2819

Toumoulin, A., Tardif, D., Donnadieu, Y., Licht, A., Ladant, J.B., Kunzmann, L. and Dupont-Nivet, G., (2021), Evolution of continental temperature seasonality from the Eocene greenhouse to the Oligocene icehouse-A model-data comparisonClimate of the Past, pp.1-30. doi.org/10.5194/cp-2021-27

Toumoulin, A., Donnadieu, Y., Ladant, J.-B., Batenburg, S., Poblete, F., Dupont-Nivet, G., (accepted), Quantifying the effect of the Drake Passage opening on the Eocene Ocean, Paleoceanography and Paleoclimatology10.1029/2020PA003889

Tramoy, R., Salpin, M., Schnyder, J., Person, A., Sebilo, M., Yans, J., Vaury, V., Fozzani, J. and Bauer, H., 2016. Stepwise palaeoclimate change across the Eocene–Oligocene transition recorded in continental NW Europe by mineralogical assemblages and δ15Norg (Rennes Basin, France). Terra Nova28(3), pp.212-220. 10.1111/ter.12212

Tremblin, M., Hermoso, M. and Minoletti, F., 2016. Equatorial heat accumulation as a long-term trigger of permanent Antarctic ice sheets during the Cenozoic. Proceedings of the National Academy of Sciences113(42), pp.11782-11787.

Weppe, R., Blondel, C., Vianey-Liaud, M., Escarguel, G., Pelissie, T., Antoine, P.O. and Judith Orliac, M., 2020. Cainotheriidae (Mammalia, Artiodactyla) from Dams (Quercy, SW France): phylogenetic relationships and evolution around the Eocene–Oligocene transition (MP19–MP21). Journal of Systematic Palaeontology18(7), pp.541-572. DOI: 10.1080/14772019.2019.1645754 Xiao, G., Z. Yao, F. Hilgen, H.A. Abels, and G. Dupont-Nivet, (2010) Asian aridification linked to the first step of the Eocene-Oligocene climate Transition (EOT) in obliquity-dominated terrestrial records (Xining Basin, China) : Climate of the Past, v. 6, p. 501-513, 10.5194/cp-6-501-2010

css.php